L'Europe en retard sur les modes de paiement numériques

Le nombre de clients qui paient de manière numérique augmente, mais l'offre des entreprises ne suit pas. Les porte-monnaies électroniques sont rarement utilisés. Klaus Engberding, CEO d’EOS, met en garde: «Les entreprises compromettent leur compétitivité».

Études
  • Seul un tiers des sociétés européennes propose des modes de paiement numériques.
  • Le paiement mobile est surtout en augmentation en Europe de l’Ouest, mais les monnaies cryptographiques ne jouent qu’un rôle très réduit.
  • Les sociétés devraient utiliser la mise en œuvre de PSD2 comme une opportunité d’élargir leur offre, déclare Klaus Engberding, CEO d’EOS.

Le 14 septembre*, le monde deviendra encore plus numérique pour les entreprises. La deuxième étape de la «Directive 2 sur les services de paiement» entre en vigueur, à savoir: PSD2. Les nouvelles règles visent à renforcer la sécurité des paiements numériques en pleine expansion. L’étude «European Payment Practices» de 2019 montre que les entreprises européennes ne suivent guère cette évolution. Pour la douzième fois, l’étude a été réalisée auprès de 3 400 entreprises de 17 pays européens pour le compte du prestataire de services financiers EOS.

Modes de paiement numériques: étude d’EOS concernant le paiement sans monnaie
Dans quelle mesure les entreprises européennes sont-elles équipées en termes de modes de paiement numériques? L’étude EOS prouve qu’il reste encore des progrès à faire!

Selon l’étude EOS, seules 28% des entreprises européennes proposent des moyens de paiement numériques, alors que plus de 75% de la population en utiliseront d’ici 2023 selon les prévisions du prestataire de données Statista. «Les entreprises qui ne s’adaptent pas à cette évolution compromettent leur compétitivité. En particulier, les grandes entreprises classiques doivent offrir de telles fonctionnalités, en particulier des solutions de porte-monnaie électronique», a déclaré Klaus Engberding, Président du directoire du groupe EOS, «mais de nombreuses entreprises sont à la traîne».

En Europe de l’Est, l’offre est en recul.

Il existe de nettes différences régionales. En Europe de l’Ouest, un tiers des entreprises (32%) proposent des modes de paiement numérique, soit une augmentation de six points par rapport à l’année précédente. Dans les pays d’Europe de l’Est, elles ne sont plus qu’un bon quart (26%) – alors qu’elles représentaient 30% l’année précédente.

L’offre est particulièrement faible en matière de paiements par des services de porte-monnaie électronique. Pour les clients particuliers, seules 6% des entreprises européennes proposent une telle fonctionnalité, contre 3% pour les entreprises. Les opérations les plus courantes sont les transferts en ligne via des prestataires tiers. La proportion s’élève alors à 20% pour les clients particuliers et à 24% pour les entreprises. Le paiement mobile a peu évolué: sa part est passée de 5% à 7%. Ici aussi, toutefois, il existe une nette différence entre l’Est et l’Ouest: dans les pays d’Europe de l’Ouest, la proportion est passée de 6 à 10%, tandis qu’à l’Est, elle reste inchangée à 5%. Les crypto-monnaies ne jouent presque aucun rôle à 1%.

La cybersécurité n'est pas toujours confortable - mais il n’y a pas d’alternative. Si nous voulons bénéficier des innovations en matière de commerce électronique rendues possibles avec PSD2, il n’y a pas d’autre moyen. Klaus Engberding, CEO

Ce que représente PSD2 pour les entreprises.

«La mise en œuvre définitive de PSD2 devrait inciter les entreprises à élargir leurs offres de paiement numérique», déclare Monsieur Engberding. «Avec l’introduction de la nouvelle réglementation, elles devront de toute façon revoir leurs offres existantes.» Ainsi, chaque prestataire de services de paiement doit obtenir une licence de l’Autorité fédérale allemande de surveillance financière (BaFin) ou de l’autorité de surveillance correspondante d’un autre pays de l’UE. À partir du 14 septembre, l’authentification dite importante du client est également obligatoire: les clients doivent confirmer deux fonctions de sécurité pour les paiements en ligne et par carte, par exemple, un code confidentiel et un TAN - le TAN ne pouvant être généré que de manière numérique; les listes de TAN sur papier ne seront plus autorisées. Les entreprises qui n’offrent pas de paiements conformes à PSD2 à compter du 14 septembre risquent des amendes et des pénalités.

Monsieur Engberding, Directeur général d’EOS
«La mise en œuvre définitive de PSD2 devrait inciter les entreprises à élargir leurs offres de paiement numérique», déclare Monsieur Engberding, Directeur général d’EOS

«La confusion chez les clients dans les mois à venir est inévitable. Les processus de paiements familiers et les applications bancaires ne fonctionneront plus comme avant», explique Monsieur Engberding. «La cybersécurité n'est pas toujours confortable - mais il n’y a pas d’alternative. Si nous voulons bénéficier des innovations en matière de commerce électronique rendues possibles avec PSD2, il n’y a pas d’autre moyen.»

Téléchargez gratuitement le sondage EOS maintenant. Lien vers le portail de l'enquête

Plus d’informations? N’hésitez-pas à nous contacter!

Photo credits: visual space / Getty Images, Thomas Kappes, Jann Klee / EOS

Partager

Imprimer