Vous préféreriez acheter une maison ou voyager ? L’attitude de la génération Y face à l’endettement

Ils sont insouciants, vivent dans l’instant et dépensent trop pour vivre des expériences au lieu d’économiser pour l’avenir : cette analyse de ce que l’on appelle la génération Y est-elle exacte ? Voici ce que révèlent les données provenant des agences de recouvrement et d’autres sources : la situation est compliquée.

Études
Image of a student sitting under a tree with their laptop, books and a coffee cup.
Ordinateur portable, café et bagages légers : les jeunes de la génération Y abordent la vie autrement que celle de leurs parents.

« Quand j’essayais d'acheter mon premier logement, je n’achetais pas de la purée d'avocat pour 19 dollars et quatre cafés à 4 dollars chacun. » Cette remarque de l’entrepreneur immobilier australien Tim Gurner reflète l’image que de nombreuses personnes ont de la génération Y : des jeunes d’une vingtaine à une trentaine d’années avec un comportement très détaché face à la vie, au travail, aux biens et aux dépenses. Mais cela est-il confirmé par leurs habitudes concrètes en matière d’emprunts et de dépenses ?

Selon le Citizens’ Advice Bureau britannique, l’endettement des jeunes est un problème grandissant au Royaume-Uni. Entre 2010 et 2012, les jeunes de 15-24 ans avaient le plus haut tauxd’endettement non garanti de toutes les tranches d’âge, et ont vu leurs dettes augmenter de 200 % entre 2006 et 2012. Cette augmentation est dix fois plus élevée que pour la population globale.

Mais quand il s’agit de rembourser leurs dettes, les opinions divergent : 38 % des membres de l’Association allemande d’agences de recouvrement (BDIU) affirment que les jeunes sont moins bon payeurs que leurs aînés. 62 % affirment que les jeunes clients sont aussi fiables, voire plus, quand il s’agit de remboursements, ce qui fait que le recouvrement n’est pas vraiment un problème.

Comment la génération Y aime-t-elle dépenser son argent ?

Quelles sont donc les choses pour lesquelles la « génération purée d'avocat » dépense son argent et réalise des prêts à la consommation ? Si les clichés sont justes, nous devrions voir une différence par rapport à la population générale. Qui, selon l’enquête EOS 2017 sur l’endettement, dans des pays comme l’Allemagne, la Russie et les États-Unis, est deux fois plus prête à s’endetter, en signant un LOA pour payer une voiture ou une moto qu epour son éducation.

En ce qui concerne les causes de l’endettement des jeunes, 81 % des membres de la BDIU indiquent qu’il s’explique par des dépenses trop élevées sur les produits de consommation. Ils disent que les jeunes se mettent en difficulté à cause de leurs achats dans les boutiques en ligne, auprès des fournisseurs de télécommunications et dans les salles de gym, alors que les adultes entre 25 et 59 ans ont des problèmes pour rembourser les banques ou sociétés de crédit foncier, les compagnies énergétiques et les fournisseurs de télécommunications.

Nous voyons déjà une tendance émerger : la jeune génération s’endette plus, mais pas vraiment pour acheter un logement mais plus pour des dépenses correspondant à un besoin à court terme. Cette préférence pour les expériences est confirmée par d'autres études.

Les expériences sont plus importantes que les biens matériels

Selon une étude Ipsos pour Eventbrite, une société de vente de billets en ligne, trois quarts des personnes de la génération Y interrogées privilégient les expériences - voyager, voir un spectacle, passer du temps entre amis - par rapport aux biens matériels. L’institut d’études de marché allemand GfK le confirme : entre 2007 et 2017, « profiter de la vie » est passé de la dixième à la troisième place dans les priorités de la génération Y. Mais une étude de 2015 auprès de la génération Y en Allemagne a donné des résultats surprenants. En effet, la carrière est arrivée en sixième place et les voyages ont régressé à la cinquième place alors que l’indépendance financière était en deuxième position.

On comprend que les jeunes de la génération Y ne souhaitent pas s'endetter, comme tout le monde. Nous savons d’après un rapport de Bank of America que 35 % sont stressés à propos de leur épargne insuffisante. Peut-être ne sont-ils pas en mesure d’accéder aussi facilement à la sécurité financière : l’augmentation rapide du prix de l’immobilier dans de nombreuses régions signifie qu’il est bien plus difficile pour les jeunes d'accéder au logement. Pour d'autres, le coût élevé d’articles de base comme un smartphone dont il est difficile de se passer dans la société moderne provoque des problèmes.

Parfois, il s’agit simplement d'acheter des aliments et de payer son loyer

Même en Allemagne, où les étudiants doivent très rarement payer leurs études, de nombreux jeunes souscrivent des prêts pour couvrir leurs frais de tous les jours. Les médias allemands publient souvent des articles à propos d’étudiants qui souscrivent des prêts sans obtenir de conseils appropriés ou qui ont peu de capacités à peser le pour et le contre des différentes options de financement. Encombrés par les frais de remboursement plus tard, ces jeunes emprunteurs qui ont pris de mauvaises décisions supportent des conséquences à long terme et doivent retarder des décisions importantes pour leur vie : il est difficile d’acheter un logement ou de fonder une famille quand on a déjà des dettes à rembourser.

C’est pourquoi la connaissance financière sur des thèmes tels que le crédit et les taux d’intérêt, les LOA impliquant des apports initiaux et mensualités, le recouvrement de dettes et les budgets, est extrêmement importante. Le Global Financial Literacy Excellence Centre (GFLEC) constate le même phénomène pour la génération Y, et conclut : « La génération Y n'a pas les connaissance de base pour prendre des décisions financières avisées. » Les créanciers sont du même avis : 52 % des membres de la BDIU affirment que l’endettement des jeunes est le résultat d’un manque de culture financière, qui fait que la mauvaise personne emprunte au mauvais moment et à de mauvaises conditions.

Vivre dans l’instant ou penser au lendemain ?

Il y a évidemment du travail à faire à ce niveau. Un optimiste pourrait dire que pour la génération Y bien éduquée, qui a de nombreuses années devant elle, il n’est jamais trop tard pour commencer à apprendre à structurer ses finances, et à suivre et gérer ses dépenses. Ainsi, ces jeunes pourront avoir leur purée d'avocat et un logement bien à eux pour l'apprécier.

Partager

Imprimer